Keld Helmer-Petersen, pour un nouveau regard

Retrospective du photographe danois Keld Helmer-Petersen, à la Maison du Danemark, avenue des Champs Elysées.

Né à Copenhague, Keld Helmer-Petersen, fera une très vive impression dès la fin de la Seconde guerre mondiale par l’extraordinaire modernité de ses photos en couleurs. Parti complété sa formation aux Etat-Unis, il aura pour professeurs, Callaghan et Aaron Siskind. Il est considéré comme un des plus grands photographes contemporains danois.

« Il y a assurément un autre monde, mais il est dans celui-ci »

Stupéfaction ! Voilà la première impression qui s’est imposée lorsque j’ai commencé la visite de l’exposition consacrée à Keld Helmer-Petersen (1920-2013) photographe Danois.

Stupéfaction face l’extraordinaire modernité de son travail, devant la couleur, non pas seulement le fait qu’il ait pris des photos en couleurs, ce qui au tout lendemain de la seconde guerre mondial était déjà une assez jolie performance mais, le fait que très vite, la couleur devient pour lui un moyen de faire émerger une nouvelle vision du monde par le moyen d’une nouvelle esthétique. Très tôt ce seront de nouveaux angles de prises de vue. Très vite la couleur deviendra, le thème même de ses photos, lui imposant de rechercher des images qui la magnifie. Très brutalement, son choix de sujet sera une recherche d’objets, ceux qui font images, ceux qui supportent des couleurs franches et violentes, ceux qui n’appellent pas d’interprétation psychologiques subtiles et qui opposent au regard leur vigueur et leur violence d’objets industriels qu’ils soient neufs, usagés ou détruits.

Les photos que Keld Helmer-Petersen démarrent très vite par des compositions abstraites ou par des manifestations dans l’esprit « art brut », ce qu’on trouvera un peu plus tard chez les défenseurs du nouveau réalisme. Elles n’ont pas de titre (Ce qui gêne quelque peu le commentaire !). L’immeuble Texaco, pris en 1946 est une démonstration définitive de ce qu’un nouveau talent est né. L’image n’est pas une photographie d’architecture. Il ne s’agit pas non plus d’une interprétation blanc et noir d’un immeuble qui serait d’autant plus écrasant que des ombres auraient été savamment dosées. C’est en fait une composition où un ciel bleu est découpé et encadré par des formes architecturales, sans qu’aucun effet de profondeur ou de perspective soit recherché ni même voulu. La photo en ce sens est plate comme le serait un graphisme publicitaire ou comme l’étaient les compositions découpées collées de Matisse à la fin de sa vie. Pour cette photo, je reprendrai une expression qui revient sans cesse fasse à ces artistes qui forgent le regard pour les années, les dizaines d’années à venir, c’est une photo-programmatique : elle annonce que quelque chose va se passer dont les principes ne sont pas encore connus et que, justement, elle énonce. Suivent selon ce principe « programmatique » toute une série de photos qui sont des photographies de détails d’objets, de morceaux de bâtiments, de restes de rails ou de poutrelles. Tout ce qui n’a absolument aucun intérêt en tant que sujet de la photographie. Tout ce qui permet au photographe de se détacher des sujets pour rencontrer de nouveaux objets. De quitter l’information pour aller vers la création pure.

L’objet de la photo n’est plus de rendre compte de ce que les yeux ont vu et qui « mérite » d’être communiqué (ce qui est important), dont la présentation en appelle à l’émotion (le beau, le bonheur, la souffrance). Ce n’est pas non plus nécessairement d’entrer en compétition avec les autres arts, littéraires (photo surréaliste) ou picturaux (pictorialisme). L’objet de la photo, puisqu’il n’y a plus de sujet, c’est tout ce qui se présente devant l’objectif, dont l’artiste veut bien et décide qu’il y rentre.

Ce sera aussi bien une palissade (on ne sait pas très bien) marquée d’un 6 qui est une composition abstraite, plus abstraite encore que l’abstraction en peinture qui commence seulement à poindre. Keld Helmer-Petersen continuera ensuite sur cette façon de voir à nouveau, de porter un regard complètement neuf sur les choses, les objets, les paysages, les immeubles pour en retirer, extraire, arracher parfois des images neuves, nettes aussi, propres et claires. (Ça y est, je vais encore faire le coup de ligne claire, celle de la bande dessinée). Mais c’est un fait que, qu’il s’agisse de photos prises en 1942,1946 ou 1990, l’esprit qui dominera dans ces prises de vue sera celui de la netteté, du précis à l’opposé du glauque, du brumeux et du flouté. S’il photographie des suites de tuyaux, des robinets industriels, il insistera sur la netteté, la franchise des couleurs, les cadrages impeccables. S’il se reporte quelques années plus tard sur des grillages, des grilles, des fils électriques, s’il revient pour cela au noir et blanc, il n’abandonnera pas ce parti-pris de limpidité, de lignes qui se découpent précisément et surtout ce souci de rendre impeccablement ce que son objectif lui suggère.

Est-ce à dire qu’il est un chantre de l’univers industriel et qu’il voit dans les détails des morceaux de machines-outils ou de bâtiments l’équivalent des petites pâquerettes et des coquelicots des amoureux de la peinture de nature  et des mille couleurs des prés en fête ? En fait non ! Il cherche l’effet photographique, il cherche les formes qu’on ne remarque pas ou les formes qui n’ont pas encore été répertoriées. Et ce qui est très frappant dans son œuvre appartient justement à un esprit de recherche incessante, d’expérimentation, de trouvailles ou de mises à l’essai. Certaines photos de murs couverts de fenêtres plus ou moins brisées comptent moins pour une image de la destruction ou une image d’un bâtiment industriel qui a trop vieilli que pour une image pure d’un réseau de verres cassés, encadrés dans des réseaux de chambranles et d’encadrement, une pure forme définie selon des lois à découvrir qui vient s’imposer au regard, en tant que forme méritant regard.

Recherche aussi que ces filaments noirs qui déchirent le ciel rendu blanc à force de travail sur les intensités et les contrastes. Fils légers qui sous-tendent la lumière, filins noirs et lourds qui s’assemblent en pelotes menaçantes, araignées monstrueuses qui naissent d’essaims noirs accrochés à des poteaux. Recherche toujours que ces traces légères comme des algues flottant noires, en longues lanières et très fines et ondoyant dans un courant de ruisseau.

Dans tout le courant de cette magnifique exposition, des lignes de force se font jour et on reconnaîtrait des peintres comme Klasen ( qui sont aussi des photographes d’exception) ou ces photographes chassant les éclats de lumière dans des reflets d’eau comme la Camargue de Lucien Clergue ou de Joniaux (trop méconnu). On voit aussi des traces comme Henri Michaux en laissait pour dire la poésie par d’autres moyens.

Quelques ouvrages de Pascal Ordonneau

Panthéon au Carré est disponible aux éditions de la Route de la Soie.

Promotion est disponible chez Numeriklivre et dans toutes les librairies "digitales"

Au Pays de l'Eau et des Dieux est disponible chez Jacques Flament Editeur ainsi que

La Désillusion, le retour de l'Empire allemand, le Bunker et "Survivre dans un monde de Cons".

"La bataille mondiale des matières premières" et "Les multinationales contre les Etats" sont épuisés. 

S'inscrire 

 chaque semaine "La" newsletter (tous les lundis)

et "Humeur" (tous les jeudis)

 

Il vous suffit de transmettre vos coordonnées "Mel" à l'adresse suivante

pordonneau@gmail.com